• Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Et là il n’est question que de l’Univers observable. Cent milliards multipliés par cent cinquante milliards ça fait ? Beaucoup. Quand on prend quelques instants pour réfléchir au big-bang, à ses conséquences, à l’organisation des planètes, des galaxies, à la matière noire, l’expansion de l’univers, l’énergie sombre… On se demande qui va gagner la primaire cette année ?

    Question...

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • -

    Je voudrais comprendre.

    -

    A l’heure où nous sommes témoins de bouleversements qui trouvent bien souvent leur origine dans une interprétation de religions, j’aimerais comprendre.

    Retournons aux fondamentaux

    Qui a fait le ciel et la terre ? Et l’Univers ?
    Lorsque je regarde les étoiles aussi loin que ma vue peut observer, je me dis : « ce que j’aperçois là-bas au fond du ciel n’est qu’une infime partie de la galaxie et, cette galaxie où je me trouve, est entourée plusieurs milliards de milliards de fois par d’autres galaxies… jusqu’à l’infini… »

    [Extrait de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Galaxie

    Une galaxie est un assemblage d'étoiles, de gaz, de poussières et de matière noire, contenant parfois un trou noir super-massif en son centre.
    La Voie lactée, la galaxie dans laquelle se trouve le Système solaire, compte quelques centaines de milliards d'étoiles et a une extension de l'ordre de 80 000 années-lumière. La plupart des galaxies typiques comportent un nombre similaire d'astres, mais il existe aussi des galaxies naines comptant à peu près une dizaine de milliards d'étoiles, et des galaxies géantes comptant plusieurs milliers de milliards d'étoiles. Sur la base de ces chiffres et de la taille de l'univers observable, on estime que celui-ci compte quelques centaines de milliards de galaxies de masse significative. La population de galaxies naines est cependant très difficile à déterminer, du fait de leur masse et de leur luminosité très faibles. L'univers dans son ensemble, dont l'extension réelle est inconnue, est susceptible de compter un nombre immensément plus grand de galaxies
    .]

    J’aimerais comprendre. Quel Dieu a fabriqué tout cela ? Et d’abord y’en a-t-il un ? Les astrophysiciens, eux-mêmes, ont des avis partagés, certains estiment le big-bang – [vous savez le fameux moment où cet Univers contenant des milliards de milliards d’étoiles et de planètes rassemblées et contenues en une tête d’épingle, a explosé pour donner naissance à ce que nous voyons] – possible sans une intervention divine, d’autres jugent ce phénomène extraordinaire impossible, considérant les conditions de sa réalisation tellement aléatoires que seule une action émanant d’une entité supérieure a pu le déclencher. J’aimerais comprendre. Une anecdote circule même expliquant que, sans intervention d’un pouvoir organisateur, la probabilité d’avènement du big-bang avait autant de chance de se réaliser que l’écriture d’un roman, en prenant dans la main les caractères typographiques d’une machine à écrire et en les jetant en l’air. Une image certes caricaturale, pour signifier que la probabilité pour que les conditions soient réunies et que cela aboutisse est quasiment nulle. Eh bien malgré cela, ceux qui ne croient pas en une hypothétique intervention supérieure disent : « oui ! il n’y avait qu’une chance sur des milliards pour que cela soit possible, et pourtant ça c’est fait ! ».
    Donc, j’aimerais comprendre comment ces illuminés qui sont incapables d’apprendre une table de multiplication par quatre à l’école, arrivent à croire que tel ou tel dieu, qu’ils n’ont jamais vu, doit nous dicter comment on doit s’habiller, manger, penser, etc… J’aimerais comprendre.
    Par ailleurs, si l’on admet qu’il y avait bien au départ une entité suprême, capable de tout orchestrer pour réaliser ce magnifique pétard, d’où sont issus le Soleil, la Terre, les Étoiles et les milliards de milliards d’autres galaxies étoiles, planètes, et tutti-quanti… Si l’on admet que ce génie hors pair a décidé d’implanter l’Homme dans ce magnifique jardin pour peaufiner le projet qu’il mettait en œuvre, comment admettre qu’il laisse l’Homme lui foutre un tel bordel sans venir remettre de l’ordre dans la cambuse ? J’aimerais comprendre.
    Je suppose que les psychiatres, croyants ou athées, ont beaucoup à dire sur le besoin de l’humain à se raccrocher à une idée – même si elle est imbécile – afin de consolider la leur qui est chancelante ?

    Je pense que quand on voit ce que des humains sont capables de faire en manipulant d’autres humains, on mesure l’imperfection de la nature humaine. Il suffit de voir les âneries qu’un groupe est capable d’accepter ou de mettre en œuvre en suivant, docilement ou pas, les règles imposées par un leader, choisi ou imposé.
    J’aimerais donc comprendre - si l’on admet que l’Univers fonctionne sous la conduite d’un dieu quel qu’il soit -, vers quel destin veut-il conduire l’Univers dont notre galaxie fait partie et dans lequel la planète Terre s’intègre. Je suppose que s’il est aussi intelligent que nécessite l’accomplissement d’un tel programme (à commencer par le fameux big-bang) il a un dessein en perspective, et il ne va quand même pas laisser l’Homme lui bousiller cette affaire ? J’aimerais comprendre.

    S’il a créé tout ce que l’on touche, l’on voit, ou l’on respire, il doit avoir l’œil du propriétaire et veiller de près à ce que les locataires que nous sommes n’altèrent pas le dessein qu’il projette, l’objectif qu’il veut atteindre, le but qu’il s’est fixé depuis ce fameux big-bang.
    A moins que, voyant le degré de bêtise atteint par l’être soi-disant doué d’intelligence, qu’il a lui-même créé et qui désormais ne fait rien comme il le faudrait, il s’amuse à regarder jusqu’où la stupidité de l’Homme va le conduire au risque même d’aller jusqu’à la destruction totale du cadeau qu’il lui a offert au départ : la belle planète bleue.
    Il s’en est même peut-être, si c’est le cas, complètement détourné pour se livrer ailleurs, derrière des milliards de milliards d’étoiles, à d’autres expériences nous laissant à notre triste sort, que nous sommes capables de rendre bien pire car avec l’Homme le pire est toujours possible.

    G.F.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • -

    Quand tout vous énerve, quand la politique, les fêtes, les invitations, l’idée de recevoir ceux qui viendront, l’idée de ne pas voir ceux qui ne viendront pas, la perspective de devoir ingurgiter des repas copieux arrosés de vins capiteux ; quand vous sentez que vous ne métrisez plus et que finalement, tous les paramètres - en problèmes humains, matériels et alimentaires – créent une situation qui vous échappe, faites un clic sur la terre ci-contre, elle recèle un menu et chaque page vous donne accès à d’autres liens que vous découvrirez en promenant la souris sur les diverses représentations que l’on voit. Alors vous comprendrez que tout ce qui se passe dans votre salon, votre salle à manger, ou même dans la cuvette - si vous avez présumé de la capacité de votre estomac - n’a pas une importance capitale eu égard à l’univers… aux milliards d’années qui nous précèdent et aux milliards qui vont suivre…

    Joyeuses fêtes.

    -

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • terre.jpg 

    L’homme est plein d’imperfections. Ca n’est pas étonnant si l’on songe à l’époque à laquelle il a été créé ! déclarait Alphonse Allais. Et, il est vrai que l’Homme – qu’il remonte au déluge ou qu’il descende du singe – n’est pas une invention récente. S’il est admis que l’homme ne date pas d’hier… avant-hier, c’était quand au juste ?

     

    Il fut une époque bénie où l’on croyait que la réponse à toutes les questions se trouvait dans la Bible. C’est ainsi qu’en 1650, James Usher (1581-1656), un théologien protestant irlandais, avait très sérieusement déterminé l’âge de notre Terre, en se basant strictement sur les indications de l’Ancien Testament. Sa conclusion était étonnante : la Terre avait été créée par Dieu le 2 octobre de l’an 4004 av. J.C., à 09 heures du matin !

    Voilà ce qui s’appelle une précision scientifique !

    Pour compléter ce résultat, il faut ajouter que ce jour devait être un mercredi (le 3ème jour) puisque nous avons que Dieu consacre les deux jours suivants à façonner la Terre et à la remplir d’animaux et de plantes. Puis, avec la bonne conscience du travailleur, il s’était accordé le repos dominical après un samedi très chargé au cours duquel il avait créé l’Homme puis sa compagne !

    Soyons sérieux et essayons de comprendre avec les savants actuels « comment » et « quand » est apparu l’Homme sur la Terre.

     

    (A demain)

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  •     luminet.jpg

    Pendant l’émission « les grosses têtes » du 25 octobre, l’invité, l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet, auquel Philippe Bouvard posait la question de savoir comment Gérard de Nerval avait anticipé les travaux des astrophysiciens sur le fameux « trou noir », récita une partie du poème de ce poète dont voici un extrait :

     

    Le Christ aux Oliviers.

     

    …/… En cherchant l'œil de Dieu, je n'ai vu qu'une orbite

    Vaste, noir et sans fond, d'où la nuit qui l'habite

    Rayonne sur le monde et s'épaissit toujours ;

    Un arc-en-ciel étrange entoure ce puits sombre,

    Seuil de l'ancien chaos dont le néant est l'ombre,

    Spirale engloutissant les Mondes et les Jours!

     

    Immobile Destin, muette sentinelle,

    Froide Nécessité ! Hasard qui, t'avançant

    Parmi les mondes morts sous la neige éternelle,

    Refroidis, par degrés, l'univers pâlissant,

     

    Sais-tu ce que tu fais, puissance originelle,

    De tes soleils éteints, l'un l'autre se froissant...

    Es-tu sûr de transmettre une haleine immortelle,

    Entre un monde qui meurt et l'autre renaissant ?

     

    O mon père! Est-ce toi que je sens en moi-même ?

    As-tu pouvoir de vivre et de vaincre la mort ?

    Aurais-tu succombé sous un dernier effort

    De cet ange des nuits que frappa l'anathème ?

    Car je me sens tout seul à pleurer et souffrir;

    Hélas! Et, si je meurs, c'est que tout va mourir !"

     

    Nul n'entendait gémir l'éternelle victime,

    Livrant au monde en vain tout son cœur épanché;

    Mais prêt à défaillir et sans force penché,

    Il appela le seul - éveillé dans Solyme:

     

    "Judas ! lui cria-t-il, tu sais ce qu'on m'estime,

    Hâte-toi de me vendre, et finis ce marché:

    Je suis souffrant, ami ! Sur la terre couché...

    Viens ! Ô toi qui, du moins, as la force du crime !"

     

    Mais Judas s'en allait, mécontent et pensif,

    Se trouvant mal payé, plein d'un remords si vif

    Qu'il lisait ses noirceurs sur tous les murs écrites...

    Enfin Pilate seul, qui veillait pour César,

    Sentant quelque pitié, se tourna par hasard:

    "Allez chercher ce fou !" dit-il aux satellites.

     

    C'était bien lui, ce fou, cet insensé sublime...   390PX-~1

    Cet Icare oublié qui remontait les cieux,

    Ce Phaéton perdu sous la foudre des dieux,

    Ce bel Atys meurtri que Cybèle ranime !

     

    L'augure interrogeait le flanc de la victime,

    La terre s'enivrait de ce sang précieux...

    L'univers étourdi penchait sur ses essieux,

    Et l'Olympe un instant chancela vers l'abîme.

     

    "Réponds! criait César à Jupiter Ammon,

    Quel est ce nouveau dieu qu'on impose à la terre ?

    Et si ce n'est un dieu, c'est au moins un démon..."

     

    Mais l'oracle invoqué pour jamais dut se taire;

    Un seul pouvait au monde expliquer ce mystère:

    Celui qui donna l'âme aux enfants du limon.

     

    Gerard de Nerval – 1808 – 1855.

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • 2011.10.06
     
    -
    Salut Baptiste ! Tu as l’air bien soucieux… A quoi penses-tu ?
    -      J’ai vu des gens tellement entassés sur la plage l’été dernier, que je réfléchissais à la possibilité éventuelle de réaliser des plages superposées.
    -      Tu n’es pas bien…
    -      On met bien les automobiles sur plusieurs niveaux, les appartements, pourquoi pas les plages ?
    -      Et pourquoi pas l’océan tant que tu y es !
    -

    -      Tu imagines lorsque le premier homme et la première femme sont arrivés sur terre… Toutes ces plages rien que pour deux !
    -      Oui mais pas de Mac-Do… Pas de TGV… Pas d’avions…
    -      Oui mais quel silence et quelle tranquillité.
    -      C’est vrai… Pas de vols, pas d’agressions…
    -      Au fait ! Qui détient la notice de la planète Terre ?
    -      La notice ? Quelle est encore cette ânerie ?
    -      Quand j’achète un outil, un accessoire ou un engin quelconque… je lis la notice pour connaître ce que le constructeur a prévu : combien de temps l’appareil peut-il fonctionner, quel entretien ? Combien de personnes peuvent-elles embarquer ? Quelles pièces faut-il remplacer et dans combien de temps ?
    Il doit bien exister une notice qui précise par exemple « ne pas faire fonctionner au carbone, vitesse à ne pas dépasser 365 tours par an, sensible aux explosions surtout nucléaires, nombre de passagers limité à xx ? etc… etc… J’aimerais savoir qui possède la notice ?
    -      Effectivement ? Il serait prudent de la trouver…
     
     
    Partager via Gmail

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique